Les femmes demeurent à la marge du développement :
A l’occasion de la célébration de la journée internationale des femmes, le CESE appelle à entreprendre des mesures urgentes pour promouvoir l’émancipation et l’épanouissement des femmes marocaines

Un pays ne peut prétendre à un quelconque développement et progrès si la moitié de sa force vive – à savoir les femmes- en est exclue. A l’heure où le Maroc se mobilise pour aller vers un nouveau modèle de développement plus inclusif, il est inconcevable que les femmes restent en marge de cette dynamique.

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le Conseil Economique Social et Environnemental publie sa deuxième alerte  à ce sujet pour réitérer ses recommandations en faveur l’effectivité des droits et des libertés des femmes.

 
💧𝗟𝗲 𝗱𝗿𝗼𝗶𝘁 𝗮̀ 𝗹’𝗲𝗮𝘂 𝗲𝘁 𝗹𝗮 𝘀𝗲́𝗰𝘂𝗿𝗶𝘁𝗲́ 𝗵𝘆𝗱𝗿𝗶𝗾𝘂𝗲, 𝗴𝗿𝗮𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗺𝗲𝗻𝗮𝗰𝗲́𝘀 𝗽𝗮𝗿 𝘂𝗻 𝘂𝘀𝗮𝗴𝗲 𝗶𝗻𝘁𝗲𝗻𝘀𝗶𝗳
𝘓𝘦 𝘊𝘌𝘚𝘌 𝘵𝘪𝘳𝘦 𝘭𝘢 𝘴𝘰𝘯𝘯𝘦𝘵𝘵𝘦 𝘥’𝘢𝘭𝘢𝘳𝘮𝘦 𝘦𝘵 𝘢𝘱𝘱𝘦𝘭𝘭𝘦 𝘢̀ 𝘦𝘯𝘵𝘳𝘦𝘱𝘳𝘦𝘯𝘥𝘳𝘦 𝘥𝘦𝘴 𝘮𝘦𝘴𝘶𝘳𝘦𝘴 𝘶𝘳𝘨𝘦𝘯𝘵𝘦𝘴
La demande en eau au Maroc est aujourd’hui supérieure à la quantité disponible en ressources annuelles renouvelables d’eau douce. La sécurité hydrique devient, par conséquent, une priorité pour le Maroc aujourd’hui et pour les années à venir. Menaçant de générer de l’instabilité sociale et d’aggraver les inégalités territoriales, elle nécessite une réponse politique urgente et devrait être considérée par le Maroc comme l’un des principaux garants de la paix sociale au niveau du pays et un facteur de soutenabilité et de résilience de son futur modèle de développement. Cette réponse doit émaner d’une politique à la fois protectrice et valorisante de la ressource, mais également novatrice et inspirée des meilleures pratiques en matière de gouvernance.