Le CESE recommande une convergence des programmes sectoriels pour réintégrer les jeunes NEET dans le cycle de développement

Le Conseil économique, social et environnemental a organisé, le 8 mai 2024, une rencontre de communication pour présenter les conclusions de son avis “Les jeunes NEET: Quelles perspectives d’inclusion socio-économique?”

Photo de la rencontre de restitution de l'avis du CESE sur les NEET
Monsieur Ahmed Réda Chami appelle à rendre effectif de l’obligation de scolarisation, l’élargissement des écoles de la 2è chance et l’amélioration de l’employabilité et de l’esprit entrepreneurial en vue de transformer le potentiel des NEET en un capital humain productif.


A cette occasion, le président du Conseil, Ahmed Réda Chami, a que les jeunes dits NEET constituent une catégorie particulièrement vulnérable qui endure de multiples formes d’exclusion, en restant à l’écart du système éducatif, de la formation professionnelle et du marché du travail.

Cette catégorie, a-t-il poursuivi, concerne 1,5 million de jeunes marocains entre 15 et 24 ans, en marge du système d’éducation/formation et du marché du travail, et menace la cohésion de la société et la paix sociale, à travers l’exacerbation de la pauvreté, de la vulnérabilité et des inégalités, ainsi que l’alimentation des sentiments de déception et des crises psychologiques, au moment où le Royaume se caractérise par une densité de la population jeune, nécessitant l’intensification des efforts pour tirer parti des potentialités des NEET de manière positive et productive.

Pour sa part, Moncef Kettani, membre du CESE et rapporteur de la thématique, a indiqué que cette catégorie risque d’être confrontée dans sa vie à trois ruptures décisives, à savoir le décrochage scolaire entre les niveaux du secondaire collégial et du secondaire qualifiant, le passage du système éducatif vers le marché du travail, tandis que la troisième a lieu entre deux emplois.

L’avis du CESE

Elaboré dans le cadre d’une auto-saisine, cet avis traite de la situation des jeunes NEET qui se trouvent en marge du système d’éducation/formation et du marché du travail, et recommande différents moyens à même d’améliorer les conditions de cette catégorie.

Sur la base de ce diagnostic et en vue de résorber ce phénomène et d’accélérer l’insertion socio-économique de cette catégorie de jeunes, le CESE préconise l’adoption d’une approche intégrée se déclinant en cinq axes.

Le premier axe concerne le renforcement des capacités de repérage et de suivi des jeunes NEET. Pour ce faire, le CESE recommande notamment, la création d’un système d’information élargi pour le repérage des NEET et le suivi de leurs parcours, qui regroupe des données croisées de sources multiples (RSU, statistiques relevant des secteurs impliqués, etc.).

– Le deuxième axe prévoit la mise en place d’un écosystème élargi pour accueillir et orienter les jeunes NEET vers des options personnalisées répondant à leurs besoins spécifiques. Il conviendrait en l’espèce de développer un réseau dense de points d’accueil, d’écoute et d’orientation des NEET. Ce réseau, qui devrait s’étendre à l’ensemble des collectivités locales, serait régi par une charte unifiée qui préciserait les rôles, les activités et la répartition des responsabilités entre les différents acteurs impliqués.

– Le troisième axe vise l’amélioration de la qualité et de l’efficacité des services et programmes d’insertion des jeunes NEET. Cela inclut principalement l’amélioration de la qualité et l’efficacité des services publics d’insertion des jeunes dans le marché du travail et la garantie d’un accompagnement personnalisé aux NEET dans le but d’améliorer leur employabilité, via des dispositifs de contractualisation appropriés avec le secteur privé ou le tiers-secteur. L’objectif est de faciliter leur réintégration dans le système éducatif ou de formation, de les assister pour trouver des opportunités de stage ou d’emploi et de les accompagner en pré et post création d’entreprise.

  • Le quatrième axe a trait à la mise en place de mesures préventives pour éviter que de nouvelles catégories de jeunes ne se retrouvent en situation de NEET. Il est recommandé à cet égard de :
  • Garantir l’effectivité de l’obligation de scolarisation jusqu’à 16 ans, en mettant en place les mesures de rétention et de réinsertion nécessaires, avec une implication poussée des parents et des parties prenantes concernées au niveau local ;
  • Généraliser les écoles communautaires en milieu rural, tout en veillant à renforcer leurs équipements et à étendre la couverture des services de transport scolaire ;
  • Renforcer l’offre publique de formation professionnelle en milieu rural, en adaptant les spécialisations aux besoins de chaque région et de chaque territoire.

– Le cinquième a pour objectif la mise en place d’un cadre de gouvernance, caractérisé par une cohérence et une complémentarité optimale entre les divers programmes, ainsi qu’une coordination continue et efficace entre les différentes parties prenantes concernées.

 

Contact presse

           📌  Souhair LEMRAHI,  Directrice de la communication et chargée de mission auprès du Président :

   s.lemrahi@cese.ma / souhair.lem@gmail.com

      +212 666-144462

📌   Rime JEDIDI, Chef de la Division de la Communication :

               r.jedidi@cese.ma;  +212 661-747467